uztaritze.info

Actualité Langue

La mairie achète 50 pommiers en faveur du nouveau lycée de Seaska

© Isabelle Miquelestorena
© Isabelle Miquelestorena

La commune versera 1.500,00€ à Seaska, en contre-partie de pommiers, dans le cadre de la campagne "Hazten gaitu hazten dugu - un pommier pour un lycée". M. Matxikote aurait préféré un soutien économique plus fort en regard du besoin. Unis à Gauche s'abstient. Un verger sera créé à Errepiragaraia. Des associations, des entreprises et des uztariztars ont également contribué.

07 Décembre 2017 | UZTARITZE.INFO

Le lycée immersif en langue basque Bernat ETXEPARE récemment mis en activité à Bayonne avait lancé une campagne pour réunir des financements pour équiper ses locaux.

Pour l’acquisition des chaises, des tables, des ordinateurs ou encore des lits de l’internat, il fallait réunir 300.000 euros.

Ce lycée professionnel est financé en grande partie par la région Nouvelle Aquitaine (7,2 millions d’euros sur 10 millions d’euros de coût total) mais a été livré vide.

Il revenait aux parents d’élèves affiliés à SEASKA, la fédération des IKASTOLA qui organise les écoles immersives en langue basque, d’équiper les locaux.

Une campagne de soutien a été lancée et des pommiers ont été mis en vente au profit de cet objectif. L’opération a été dénommée: hazten gaitu hazten dugu - un pommier pour un lycée, campagne de levée de fonds destinée à équiper le nouveau lycée de seaska.

L’acquéreur (à partir de 30 euros) pouvait le planter dans son jardin ou le confier à SEASKA qui veut créer des "vergers de l’euskara".

La commune d’Ustaritz a décidé de participer à cette action pour un montant de 1.500 €.

Des particuliers et entreprises d’Ustaritz ont aussi versé des dons et accepté que les pommiers ainsi acquis soient plantés sur des parcelles communales.

L’ensemble des pommiers sera planté sur les parcelles communales ZI 146 et ZI 148 secteur Errepiragaraia. Un bail sera conclu avec un agriculteur pour assurer le suivi et l’entretien de cette plantation. Le produit de cette culture qui ne sera effectif qu’après plusieurs années sera conservé par l’exploitant qui le commercialisera.

Monsieur Serrano: Les pommiers seront plantés sur le secteur de la gravière. L’agriculteur en charge de ces plantations sera Monsieur Renaud qui habite Ustaritz et qui a déjà des pommiers à Labastide de Clairence.

Monsieur Machicote: (Traduction de son intervention en euskara fournie a posteriori par Monsieur Machicote) Mesdames et messieurs si vous m'autorisez à exprimer mon opinion... Comme il apparait dans la délibération, Seaska a besoin de 300.000,00€ pour les fournitures du nouveau lycée. Afin d'y répondre la fédération a lancé une idée simple: la somme correspond à 1,00€ par habitants des territoires Lapurdi, Baxe Nafarroa et Xiberua… Si la commune d'Uztaritze prenait en compte ces règles du jeu elle donnerait 6.500,00€. En décembre 2016, alors que j'étais encore délégué à la Politique Linguistique, je proposais d'utiliser 3.500,00€ du budget non utilisés. Mais la réponse fût que cette somme devait être utilisée pour répondre aux besoins d'autres sections. Ainsi, je proposais de prévoir au budget 2017 la somme de 6.000,00€... En fin de compte Uztaritze ne versera que 1.500,00€… cela me semble honteux, même si je voterais forcément pour...

Monsieur Saint-Jean: On pourrait avoir la traduction en français?

Monsieur Machicote: Quand tu feras tes interventions en euskara.

Monsieur Saint-Jean: Je le dis avec le sourire et je comprends qu’il y ait des interventions en basque mais la moindre des politesses serait de traduire dans la langue de la république.

Monsieur Machicote: Je ne pense pas que ce soit une histoire de politesse, la meilleure des politesses c’est de respecter les autres.

Monsieur Saint-Jean: Je te respecte mais là je te parle de politesse. ….. Pas de réponse?

Monsieur Machicote: Ce sera dans le compte-rendu.

Monsieur Saint-Jean: Mon intervention aussi sera dans le compte-rendu.

Monsieur Cendres: On aurait préféré que les pommes récoltées soient distribuées à des oeuvres caritatives comme le secours populaire français par exemple ou la banque alimentaire.

Monsieur Serrano: Ce sont des pommes à cidre qui ne sont pas consommables tel quel. D’autres communes ont planté des pommiers dans le cadre de cette opération et comme il n’y a pas d’entretien, la situation est en train de se détériorer.

Monsieur Goyheneche: Il s’agira d’environ 160 pommiers qui ne donneront rien avant 5 ou 6 ans. Un bail agricole sera conclu. Il faut tout d’abord dégager la parcelle puis les planter. Cette opération permettra un premier aménagement du secteur de la gravière. Il concernera environ 1 hectare de terrain car la norme est de 400 pommiers à l’hectare. Mais ici il y en aura moins et donc plus d’espace car la zone est inondable. Il s’agit d’une variété de pommiers particuliers adaptés au terrain. Ces plantations se feront cet hiver.

Madame Aristizabal: Je signale que tous les élus de Tolosa ont acheté un pommier dans le cadre de cette opération. Ils ont mené de leur côté la même campagne à Tolosa.

Le Conseil Municipal,

- DONNE un avis favorable à ce projet;

- CHARGE Monsieur le Maire d’engager toutes démarches nécessaires.

VOTES:

  • POUR 27
  • CONTRE 0
  • ABSTENTIONS 1 (Cendres)
Email Facebook Google Twitter LinkedIn

Actualité Urbanisme

Ustaritz: un nouveau collectif contre le futur PLU

Ustaritz: un nouveau collectif contre le futur PLU

09 Mai 2019 | MEDIABASK

D’après ses opposants, le futur Plan local d’urbanisme (PLU) d'Ustaritz prévoit de déclasser des zones construites et constructibles en zones naturelles ou agricoles. Pour le collectif, il s’agit d’un zonage “loufoque” et “incohérent”, qui dévalue les terrains déjà habités tout en créant une “inflation involontaire”. Les opposants appellent la majorité à revoir sa copie.

LIRE

Actualité

Cinq conseillers municipaux démissionnent

Cinq conseillers municipaux démissionnent

12 Avril 2019 | UZTARITZE.INFO

Les 5 élus ont profité du débat sur le budget du Conseil Municipal du jeudi 11 avril 2019, pour exprimer leur opinion sur la politique menée par Bruno Carrère et son groupe. Ils n'ont pas voulu prendre la responsabilité de la traduction orale de l’euskara vers le français, "leurs demandes et propositions en ce sens n’ayant jamais été prises en compte (mise en place d’une traduction simultanée par un.e professionnel.le)".

LIRE